Ancien

basketteur professionnel, basé à Pointe-Noire, Teddy Benzo (Teddy Okobo Itoua, à l’état civil), alias Space man, est l’un des fervents défenseurs du rap congolais. Après «Street Business», sa mixtape sortie le 9 novembre 2012, l’artiste a largué sur le marché du disque «Illégal». Un opus de 18 titres, estampillé Belle Rage Music, que l’artiste a présenté, officiellement, à la presse culturelle brazzavilloise, samedi 18 janvier 2014, à l’hôtel Saphir. Grâce à un coup de pouce de son ancien coéquipier, Joe Washington Ebina. Teddy Benzo était encadré par son manager, Bakus El Maestro, et l’animateur radio et télé Rodrigue Aurélien Kaya «Soul Auro». 

 

Disponible en CD, depuis le 31 décembre 2013, en téléchargement sur les sites Internet de musique, «Illégal» est un produit enregistré au studio 242, dans la ville océane congolaise. Où cet album a été, officiellement, mis sur le marché et présenté aux chevaliers de la plume et du micro, le 8 janvier 2014.
Le bébé discographique de Teddy Benzo est un vrai melting-pot de tempos où se mêlent rap, musique folklorique et chansons anthologiques de la rumba congolaise. 
Plusieurs artistes ponténégrins ont apporté leur ingéniosité dans cette oeuvre chantée en plusieurs langues (français, lingala, anglais, etc.). Les 18 titres sont: Illégal; Hip hop music; U got 2 move; My city (feat. Zeus Million, Trice P. Bakus); Chez nous (feat. Nestelia Forest); Collision Chapitre 1; Poète de la rue; On fait les choses (feat. Mabstrong, Bakus); Ange et demon; Ndule na bisso; Hustler 4 life (feat. Myriam, Sosey); Mwana mboka (feat. Trice P.); African soldier (feat. Malak); I’m on fire (feat. Sosey); Pour la famille (feat. Doppy, Dikens, Trice P., Jah Marley); Supa gangsta (feat. Myriam, Sosey); Tozo ya (feat. Mixton, Barry, Sosey); Champs de bataille (feat. Trice P., Zeus Million).
Pour la petite histoire, Teddy Benzo a fait ses premières armes, en 1990, dans le groupe «Impartial Def», aux côtés de deux autres rappeurs, Poki Diama Star et Stone. Après le départ pour l’étranger de ces derniers, Space man, décide d’aller monnayer son talent dans le groupe P.a.c (Production afro centrique). Où il fait équipe avec des artistes comme Fuma Strong, Djo Back, Ya Batamio, Obymarf, Kaysee M. et Nex One. Le public le découvre à travers le titre «Black jack lyrics». 
Passionné de la balle au panier, Teddy Benzo fait valoir ses talents au Gabon, puis en Afrique du Sud. Dans le dernier pays cité, il fait la connaissance de Cam (rappeur gabonais) et de Léon (producteur originaire de la République Démocratique du Congo). Le trio met sur pied le label «Large Production», qui signe «Entre joie et peine», l’album du rappeur gabonais. Malheureusement, pour des raisons professionnelles, Léon débarque du navire. Ce que voyant, le rappeur congolais et le gabonais prennent la résolution de créer leur propre label: Belle Rage, grâce auquel voit le jour «Caméducation», l’album de Cam. 
Après avoir mis un terme à sa carrière sportive, Teddy décide de rentrer au pays, en 2008, et s’installe à Pointe-Noire. Où il travaille avec l’artiste rappeur, animateur et mécène Bakus et sa structure baptisée «Nous-mêmes production». Teddy participe aux travaux de l’album de ce dernier, intitulé: «Bien plus que des mots», sorti en 2009, ainsi qu’à la compilation «Dangereuses combinaisons». Après de longues réflexions, Teddy relance, en septembre 2012, le label Belle rage. Avec l’appui de Bakus et Doc Abdoulaye. Ce qui a permis la sortie de son premier album «Street business», puis de son deuxième «Illégal».

Teddy Benzo est aujourd'hui écouter de partout en afrique centrale, grace aux grands sites comme "Africa Groove" "Ponton Connexion"... mais aussi grace à sa determination, au serieux qu'il prend pour être le leader du monde hip hop congolais.